Pinot Noir d'Alsace, je t'invite à boire

Le cépage Pinot Noir apparait en Alsace au XIIIe siècle en provenance de la Bourgogne. Les sources historiques mentionnent régulièrement du vin rouge alsacien, notamment les inventaires de caves des abbayes et les dîmes de vin prélevées par l’Église. Découvrons l'histoire et l'avenir du Pinot Noir d'Alsace . 

Pinot Noir d'Alsace
Pinot Noir d'Alsace

Le Pinot Noir possède une très longue histoire.

Le Pinot est vraisemblablement originaire du Nord-Est de la France et est connu de très longue date en Bourgogne. Il pourrait provenir de vignes sauvages sélectionnées puis cultivées (les écrivains Columelle et Pline l'Ancien les citèrent avec éloge). Au Moyen Âge, l’histoire du Pinot se confond avec celle des monastères clunisiens qui contribuèrent à la plantation et à la sélection du vignoble bourguignon et champenois. 

Ce cépage voyageur porte de très nombreux noms en fonction des régions dans lesquels il est cultivé : Plant fin, Pinot fin, Noirien dans le Jura, Blauburgunder ou Clevener en Suisse alémanique, Spätburgunder en Allemagne...

Moines Cisterciens travaillant la vigne
Moines Cisterciens travaillant la vigne

Le Pinot Noir : boisson préférée des Chevaliers de la Toison d'Or

A partir du XIVème siècle, les Ducs de Bourgogne, propriétaires de nombreux vignobles, connaissent une grande prospérité économique et politique. Le vin devient alors un attribut de puissance et de richesse, symbole de goût et de raffinement. Pour préserver cette réputation prestigieuse, les Ducs élaborent la première politique vitivinicole de l’Histoire. En 1395, Philippe le Hardi rédige une ordonnance qui fonde les principes d’un vignoble de qualité, soucieux de la santé du consommateur. Son édit fait connaître deux décisions importantes : L’interdiction du Gamay (cépage généreux et résistant, qui donne un vin de consommation courante, abondamment produit par les petits vignerons)  et la préconisation du Pinot Noir (cépage au rendement plus faible qui donne des vins plus complexes, exportés hors de Bourgogne). Fort de cette évolution, le vignoble bourguignon gagne encore en qualité. Son rayonnement s’intensifie. Bientôt, le vin de Bourgogne est servi à la table du Roi de France et à celle du Pape, en Avignon. Cette prestigieuse boisson représente un atout politique de choix, dont les Ducs savent tirer parti. En 1429, Philippe le Bon crée à Bruges l’ordre nobiliaire de la Toison d’Or. Le vin bourguignon devient alors la boisson privilégiée des chevaliers de l’Ordre. De même, ce vin d’élite coule à flots durant le Banquet du Faisan (1454), grand événement diplomatique, où s’illustre aussi Philippe le Bon. De là, le vin de Bourgogne conquiert peu à peu toute la haute société européenne, de la noblesse à la bourgeoisie, ouvrant de formidables débouchés commerciaux.

En 1400, Smassmann Ier de Ribeaupierre est nommé Grand Echanson du Duc de Bourgogne, Phillipe le Hardi. Il épousera quelques années plus tard sa fille Catherine de Bourgogne et acquière des domaines viticoles en Bourgogne. Son petit fils, Guillaume II de Ribeaupierre porte ensuite le nom de la Maison des Ribeaupierre au firmament de la gloire en devenant en 1517, Chevalier de l’Ordre de la Toison d'Or. Il fut autorisé à faire figurer le mythique Collier d’Or sur ses armoiries. Cette entrée dans un Cercle très fermé (51 Chevaliers) sera le couronnement d’une politique adroite d’alliances, qui récompense la bravoure et le dévouement, mais surtout ancre la dynastie des Ribeaupierre dans le Gotha international. Devenus, les meilleurs ambassadeurs des vins produits en Alsace, les Ribeaupierre édictent en 1520 un règlement qualité  : la "Rebbauordnung" de Ribeauvillé qui mentionne "raisins blancs, raisins nobles et raisins communs" mais ne détaille pas encore les cépages. Les Ribeaupierre deviendront les fers de lance de la production de grands Pinot Noir en Alsace. Plusieurs de leurs anciennes propriétés en gardent la mémoire tels les  "Herrenreben" à Wihr-au-Val, encore aujourd’hui grand terroir de Pinot Noir ! 

Les armoiries des Ribeaupierre avec le Collier de la Toison d’Or au sommet de la Tour des Bouchers à Ribeauvillé
Les armoiries des Ribeaupierre avec le Collier de la Toison d’Or au sommet de la Tour des Bouchers à Ribeauvillé

Les Rouges d'Alsace 

Au Moyen Age, les vins rouges occupaient une place importante en Alsace et valaient souvent plus cher que les blancs. Le vin rouge fait à partir de Rotetraublin était très apprécié. Les statuts de 1403 concernant le commerce du vin à Ribeauvillé précisaient que vin devait rester "tel que le Seigneur l'a fait mûrir aux vignes" car de nombreux vins sont falsifiés pour transformer le vin blanc en vin rouge (ajouts de baies colorées notamment). 

Jérôme Bock, mentionne en 1551 dans son "Krauterbuch" différents cépages : "muskatell, traminer, riesling, kléber (clevner), grünfränkirch, Schwarzlampers, Lombardisch". On retrouve dans cet ouvrage pour la première fois mention du cépage "kléber" ou "clevener "qui est utilisé dans notre région pour décrire des cépages de la famille des pinots. Il s’est longtemps raconté que l’origine du nom "clevener" proviendrait de la ville nord-italienne de Kleven ou Chiavenna et que des mercenaires suisses germanophones auraient ainsi nommé le cépage à leur retour au pays. Mais, ce terme est plus ancien car on retrouve la mention "Clauener" ou "Klebroth" soit Pinot Noir dès 1318 dans les archives de l’abbaye impériale cistercienne de Salem, édifiée aux environs du Lac de Constance. En effet, ce sont les moines cisterciens bourguignons qui à partir de leur développement européen au XIIIe siècle vont introduire la famille des Pinots en Allemagne, Suisse, Autriche et en Hongrie. En 1575, le Magistrat de Riquewihr publie dans son "Ordonnance sur la viticulture" la liste des cépages autorisés : "Avec l’autorisation de la Régence Princière de Wurtemberg, nous avons décrété que sous peine d’amendes prévues personne, ni bourgeois, ni étranger n’ait l’audace de planter dans la banlieue de Riquewihr d’autres cépages que ceux mentionnés ci-après : Gentil blanc, Gentil rouge, Muscat blanc et rouge, Pinot blanc, rouge et gris, Lampersch ou Lombard. Les autres cépages quels que soient leur nom sont formellement interdits". Il s’agit là d'une des premières mentions du cépage Pinot Noir,  le"Burgunder rote", considéré comme un cépage noble. 

En 1618, éclate en Bohême un conflit entre catholiques et protestants qui s’étend à tout l’Empire et atteint trés vite l’Alsace qui devient un des principaux champs de bataille de la guerre de Trente ans. Terreur et misère, pillages et destruction se succèdent jusqu’en 1640.  Au moins la moitié de la population des campagnes a disparu. Il faut faire appel à des nouveaux venus qui vont relancer l’économie viticole mais qui n’ont pas le savoir-faire des anciens. Afin de veiller à la qualité des cépages plantés, de nombreux règlements sont édictés. Ainsi, en 1630, à Riquewihr, le bailli seigneurial des Wurtemberg fit savoir au magistrat de la ville qu’à Ribeauvillé le comte de Ribeaupierre avait ordonné à tous les habitants d’arracher les pieds de vigne dits "vulgaires". Et le bailli exhorte le Magistrat de Riquewihr de ne pas relâcher sa vigilance car "ici plus qu’ailleurs" il faut maintenir la qualité du vignoble. Il rappela que seuls les cépages suivants étaient autorisés à Riquewihr : "le chasselas blanc et rouge ; le muscat ; le pinot blanc, gris et rouge." Le Pinot Noir n'est alors qu'un des cépages parmi tous ceux qui sont cultivés pour produire du vin rouge mais il bénéfice néanmoins d'une reconnaissance qualitative particulière. 

Le Rouge d'Ottrott
Le Rouge d'Ottrott

Le déclin des vins rouges alsaciens entre le XVIIIe et le XXe siècle.

Au fil des crises politiques, économiques et viticoles qu'a connu l'Alsace après la Guerre de Trente ans et ce jusqu'en 1945, l'habitude de produire des vins rouges ne subsistait plus que dans quelques localités : Ottrott, Rodern, Saint-Hippolyte ou Marlenheim sont les plus connues. Peu à peu, ce cépage ancestral a été considéré comme une originalité.

L'année 1969 marque le déclin du pinot noir en Alsace réduit à 2 % de la production régionale. Cependant, au même moment commence sa renaissance. En effet, il est le seul cépage rouge à être autorisé en Alsace lors de la mise en place de l'AOC ce qui lui assure une pérennité. 

XXIe siècle, le grand retour du Pinot Noir en Alsace

Depuis les années 2000, beaucoup de vignerons lui retrouvent de l'intérêt, essentiellement parce qu'il entre dans l'élaboration du Crémant blanc de noirs et du Crémant rosé, dont les productions connaissent une croissance sans précédent. C'est ainsi que la surface plantée en Pinot Noir atteint en 2018 les 10% de surface plantée en Alsace. Cependant, les Pinot Noirs d'Alsace sont encore trop souvent considérés comme "passe-partout", uniquement légers et fruités. Servis autant avec un poisson qu'avec une viande et très souvent mal connus. 

Aujourd'hui les Pinot Noir d'Alsace se déclinent en 3 versions : Les Pinot Noir d'Alsace Rosé, des vins légers, croquants, et désaltérants ; les Pinot Noir d'Alsace Rouge léger, des vins légers finement fruités) et les Pinot Noir d'Alsace Rouge, des vins charpentés, intensément fruités, à la robe rouge sombre et profonde aux reflets grenats. 

Seuls les deux premiers peuvent être servis frais mais non glacés ! Une erreur trop souvent commise dans de nombreux restaurants et Winstub est de servir les Pinot Noir d'Alsace Rouge frais voir même glacés ( sauf si le client le demande, il n'y a aucune raison de le faire)

Le Pinot Noir "V" du Domaine Muré  : V comme Vorbourg
Le Pinot Noir "V" du Domaine Muré : V comme Vorbourg

Bientôt des Pinot Noir d'Alsace Grands Crus ? 

Les Pinot Noir d'Alsace en particulier lorsqu'ils sont issus des grands terroirs argilo-calcaires-ferrugineux présents dans notre région permettent à de nombreux vignerons de nous offrir des Grands Vins Rouges de Terroir d'Alsace. A tel point que de plus en plus de de voix s'élèvent pour réclamer la modification des réglementations afin autoriser l'appellation Pinot Noir sur de nombreux Grands Crus alsaciens. 

Ainsi, les producteurs de Pinot Noir sur les Grands Crus Vorbourg, Kirchberg de Barr et Hengst ont déposé un dossier en 2015 qui demande à l'Inao la reconnaissance du cépage sur ces trois grands crus. 

En attendant, cette reconnaissance à venir, les nombreux amateurs de Pinot Noir d'Alsace peuvent chanter le refrain de la chanson « Pinot Noir » du groupe de rock alsacien Hopla Guys tout en dégustant ce cépage exceptionnel.

Pinot Noir

quand il n'y a plus d'espoir

quand tu broies du noir

je t'invite à boire

Pinot Noir...


Caroline CLAUDE-BRONNER

fondatrice de Chemins Bio en Alsace , guide conférencière diplômée en Histoire, fille de vignerons alsaciens, passionnée par sa région, vous propose ses services de guidage et d'accompagnement dans la bonne humeur et le respect de l'environnement pour tout public, du junior au senior.