Le vin et le bois | un mariage alsacien

La cave historique du Musée Unterlinden à Colmar
La cave historique du Musée Unterlinden à Colmar

Tout le monde ou presque connaît le Musée Unterlinden à Colmar, il abrite le célèbre et merveilleux Retable d’Issenheim et tant et tant de chefs-d’œuvre mais savez-vous que le musée abrite en son cœur une cave à vins.


Cette cave pavée remplie de magnifiques foudres nous rappelle la longue histoire du mariage culturel exceptionnel célébré entre le vin et le bois en Alsace.

Car c’est en Alsace, que la rencontre entre l'art de la vinification apporté par les peuples de la méditerranée et l'excellence du travail du bois des peuples de la forêt germanique, a permis aux tonneliers alsaciens d'offrir aux vins leurs plus beaux écrins !

La cave et sa collection fut constituée dans les années 1930 par le conservateur du Musée Unterlinden qui était également le célèbre artiste colmarien Hansi (Jean-Jacques WALTZ 1873-1951). En effet, l’illustrateur et peintre avait succédé en 1923 à son père et était devenu lui aussi conservateur du musée Unterlinden. 

Du pavement aux poutres du plafond, tous les éléments de la cave Alsacienne ont été choisis afin de conserver la mémoire de l’art de la vigne qui jouait un rôle économique de premier ordre dans la région et en particulier à Colmar, capitale des vins d’Alsace. 

Dans cette cave, ont été rassemblés aussi bien les outils liés à la vendange que des pressoirs -le plus ancien date de 1654- ou de gigantesques tonneaux sculptés pouvant contenir jusqu’à 300 hectolitres à l’instar du fût de Riquewihr. Ces tonneaux sont ornés de sculptures constituant le répertoire ornemental du règne de Louis XV. La plupart sont également munis d’une petite grille fermant à clef permettant au propriétaire de sécuriser le robinet pour de se prémunir de tout vol. 

Le chef-d’œuvre de cette collection est sans conteste le magnifique tonneau réalisé au tournant du XIXe siècle par le maître tonnelier originaire de Traenheim Pierre Meyer (1753-1831).

Son fronton est orné de dessins en reliefs et de textes entaillés. Dans la partie supérieure, on découvre un drôle de bonhomme ventru et tout nu qui chevauche un tonnelet. Ce «Fasselritter» ou «chevaucheur de tonneau» qui nous rappelle le dieu antique du vin Bacchus tient dans sa main droite les accessoires indispensables pour qui veut   déguster le bon vin de ce tonneau : un cruchon et dans sa main gauche un verre ballon. 

Le compartiment central contient une rose aux pétales étalés. La partie inférieure comprend la porte encadrée de trois rangées de moellons, flanquée de deux étoiles à six branches. L’une des étoiles est percée au centre pour la mise du robinet à cheville appellé « Riverle » en alsacien. Le pourtour du fronton est décoré de deux longs et fins rameaux de laurier. Un deuxième tonneau réalisé par Pierre Meyer est à voir à Balbronn dans la cave de Marc Anstotz. 

La restitution de ce cellier alsacien fut célébrée en son temps par Georges Henri Rivière, conservateur du musée National des Arts et Traditions Populaires. Il doit également être vu comme un témoin de la muséographie de l’Entre-Deux-Guerres.

J’aime à vous faire découvrir les trésors des caves alsaciennes, cette passion m’a été transmise par mon papa Frédéric Bronner vigneron à Hunawihr et meilleur ouvrier de France en tonnellerie. 

Si vous souhaitez découvrir le Musée Unterlinden contactez moi ! 


Informations sur l'auteur

Caroline CLAUDE-BRONNER, fondatrice de Chemins Bio en Alsace , guide conférencière diplômée en Histoire, fille de vignerons alsaciens, passionnée par sa région, vous propose ses services de guidage et d'accompagnement dans la bonne humeur et le respect de l'environnement pour tout public, du junior au senior.

suivez moi sur Facebook

Commentaires: 0 (Discussion fermée)
    Aucun commentaire pour le moment.