Le Géranium roi des villages alsaciens

Indissociables de nos maisons à colombages, décorant les ruelles pavées, les places publiques et les bords de fontaines, les généreux géraniums décorent l’été alsacien mais quelle est donc l'histoire de cette plante devenue emblématique en Alsace ?

Savez-vous que la conquête des fenêtres et balcons alsaciens par les Géraniums date de moins d'un siècle ? 

Pourtant les Géraniums sauvages et vivaces européens sont connus en Alsace depuis le Moyen Age. Alors que les Géraniums qui ornent actuellement nos fenêtres sont en fait des Pélargoniums. 

Un peu d'étymologie pour commencer pour ces deux noms issus du grec ancien : Géranium est issu de geranos qui signifie grue, par similitude avec la forme de la graine qui fait penser à cet oiseau au long bec. Pélargonium est quant à lui issu de pelargos qui veut dire "oiseau noir et blanc" autrement dit cigogne ! Et voilà deux symboles de notre région rassemblés....

Les Pélargonium sont des plantes originaires d'Afrique australe, découvertes par les explorateurs hollandais à partir du XVe siècle et introduites progressivement en Europe. Au début du XVIIIe siècle, les ancêtres des quatre principaux groupes de Pélargonium horticoles modernes le Zonal, le Lierre, le Regal et les pélargoniums odorants étaient cultivés en Hollande. En horticulture, ces espèces sauvages et les hybrides auxquelles elles ont donné naissance sont généralement nommées "Géraniums". Ces plantes ont été tout d’abord cultivées dans les jardins botaniques et par les collectionneurs et pépiniéristes. 

L'influence des pépiniéristes et horticulteurs Baumann

En Alsace, existait à partir de 1740 une célèbre famille de pépiniéristes et d'horticulteurs : les Baumann installés à Bollwiller et à Mulhouse et célèbres dans le monde entier. Ce n’est donc pas étonnant qu’à partir des années 1840, un engouement sans précédent pour les pélargonium s’épanouit en Alsace. Les sociétés horticoles de Strasbourg et de Mulhouse organisent des expositions où ces végétaux tiennent une place d'honneur. Les Géraniums/Pélargoniums des Baumann sont connus dans le monde entier. 

Catalogue des plantes disponibles dans les établissements Baumann, Bulletin de l'horticulteur Universel, 1842, page 318
Catalogue des plantes disponibles dans les établissements Baumann, Bulletin de l'horticulteur Universel, 1842, page 318

C'est aussi tout particulièrement en Alsace, que les florissantes industries de l’impression textile ou du papier peint apprécient et encouragent la création de dessins floraux. Les fleurs sont partout : dans les jardins botaniques, sur les imprimés, sur les tissus, sur les papiers peints, sur les tableaux, sur les céramiques. Même le nouvel art photographique se les approprie.

Théodore DECK (1823 - 1891) et HIARD (décorateur)  Assiette en céramique à décor de géraniums et de chèvrefeuille.
Théodore DECK (1823 - 1891) et HIARD (décorateur) Assiette en céramique à décor de géraniums et de chèvrefeuille.

C'est ainsi, que forts de cette notoriété élitiste, les Pélargoniums/Géraniums vont à partir du début du XXe siècle se cultiver dans les jardins des industriels et des familles bourgeoises avant de lentement se démocratiser après la deuxième guerre mondiale sur les rebords de fenêtres de nos villes et villages alsaciens.

Qu’a-t-elle donc de spécial, cette fleur à la fois si étrangère et si profondément alsacienne ? 

Le Géranium doit son succès alsacien à sa bellefloraison et aux bons soins des alsaciennes. La fleur est connue pour sa robustesse face au soleil, sa grande résistance aux maladies et ses couleurs variées. Cette plante peut facilement se bouturer et faisait l'objet de divers échanges entre jardiniers et jardinières. Les fenêtres et balcons sont les lieux privilégiés de sa croissance : plus elle a de soleil, mieux elle se porte. La plante ne supporte pas le gel. Les alsaciens se sont donc conformés au besoin de l’hivernage, descendant avant le début de l’hiver leurs Géraniums dans leurs caves. Là, elles résistent sans aide jusqu’au printemps. Cette tradition n’est malheureusement plus en vigueur. Le monde change, et il est plus facile d’acheter des Géraniums chaque printemps et de les jeter en fin de saison. On en est donc venu à considérer cette plante comme une plante annuelle et un accessoire indispensable de nos façades estivales.

Un livre intitulé "Géranium" a été édité 1947 - Il s'agit d'un recueil de poèsies et d'illustrations d'artistes alsaciens
Un livre intitulé "Géranium" a été édité 1947 - Il s'agit d'un recueil de poèsies et d'illustrations d'artistes alsaciens

Dans les années 1980, la trilogie maison alsacienne à colombages : enduit blanc, volets verts et géraniums rouges devient emblématique. Les géraniums deviennent indispensables et parfois l’enthousiasme se transforme en excès. Le kitsch n’est jamais loin...Les raisons invoquées à l'excès de géranium sont la tradition mais laquelle ? On ne se rappelle plus bien mais il se raconte alors qu’un curé aurait planté des géraniums rouges à l’issue de la 1ere guerre mondiale donc planter des géraniums serait un geste patriotique. Une autre explication très souvent évoquée serait l’effet anti-moustique de la plante soit l’effet "Hans im Schnockeloch" ! 

Il est difficile de comprendre pourquoi le Géranium habite à ce point la mythologie alsacienne. Pourquoi cette plante originaire d’Afrique du Sud est-elle désormais indissociable de notre imaginaire ? L’hypothèse la plus crédible est que le Géranium a été associé à notre région lors de la création du « grand mythe alsacien » à la suite de la deuxième guerre-mondiale afin de favoriser l'identification régionale. Ainsi, quand un circuit de "Routes Fleuries" est mis en place au début des années 1950 par le Touring Club de France en collaboration avec le journal horticole Rustica et l'Association des horticulteurs, de nombreux villages alsaciens se mobilisent pour cette campagne de fleurissement et se lancent corps et âme dans la compétition. Le Ministère du Tourisme organise à partir de 1959, le concours national des Villes et Villages Fleuris et l'Alsace sera au rendez-vous. Les syndicats agricoles et notamment en Alsace, les jeunes Agriculteurs et les foyers ruraux qui souhaitent diversifier leurs activités et développer le tourisme rural assurent la promotion du fleurissement des gites ruraux. 

En 1988, dans le contexte de la décentralisation, l'organisation du concours est confiée aux Conseils Généraux qui recueillent les inscriptions et aux Conseils Régionaux qui ont la charge d'attribuer les trois premiers niveaux du label. Le slogan "Fleurir, c'est accueillir" apparaît alors pour mobiliser ce réseau autour d'un objectif réaffirmé d'accueil touristique.

1 fleur, 2 fleurs, 3 fleurs, 4 fleurs, Fleur d'Or, les villages alsaciens se lancent dans la compétition et sont réputés pour l'excellence de leur fleurissement. Aucune loi n’impose de fleurir ses façades, mais les habitants sont fortement encouragés à suivre le mouvement. La pression est forte pour remporter le concours annuel des maisons fleuries. Chaque année, fin avril, les communes organisent des marchés aux géraniums. Les dépenses de fleurissement présentent un coût important pour les particuliers et les communes. 

Une maison alsacienne à Hunawihr
Une maison alsacienne à Hunawihr
D'autant plus que les beaux géranium se méritent, les fleurs importées parfois de très loin ne sont souvent pas de bonne qualité et peu adaptés à notre climat. De plus, produites en série et gavées de pesticides et d'engrais, elles ne sont pas "durables" et nécessitent des coûts de production et de transport non compatibles dans une logique de développement durable. 
Produire et consommer des fleurs locales
L'idéal est d'acheter directement ses plantes chez les nombreux producteurs locaux pour bénéficier de plantes de bonne qualité et favoriser l’emploi dans la région. 
Quel plaisir, de se promener chaque printemps dans les serres des producteurs alsaciens ! Un régal de parfums et de couleurs ....

Elsass Géranium : des fleurs produites en Alsace

La marque « Elsass Géranium » a été créée en 2009 par une vingtaine d’horticulteurs alsaciens, membres de l’association « Fleurs et Plantes d’Alsace », afin de labelliser une démarche destinée à promouvoir la plus emblématique des fleurs alsaciennes. Avec cette appellation, l’amateur de géraniums obtient la garantie d’une méthode et d’une durée de production satisfaisantes, d’un engrais naturel et organique, d’une floraison abondante, d’une qualité sanitaire et d’un enracinement conséquent. Une production  locale et de saison - plus de 300 000 pots d’Elsass Géranium sont vendus chaque année. Leur prix varie entre 2,20 € et  2,50 €. Un investissement certes mais qui se justifie car la tendance actuelle est de péréniser les cultures, en associant plantes vivaces et plantes annuelles. Afin de réduire les dépenses mais surtout d'économiser l'eau d'arrosage ainsi que les pesticides et engrais.

Le retour du naturel

Aujourd'hui, toutes les communes et heureusement de nombreux particuliers ont abandonné les pesticides et apprennent à faire pousser et à soigner les plantes de façon totalement naturelle. La filière horticole régionale est florissante.Je vous suggère de visiter les serres du Lycée horticole les Jardins Plixbourg à Wintzenheim. Les activités de l’exploitation touchent à toutes les étapes, de la production jusqu’à la vente, autour d’un pôle horticole et d’un pôle maraîchage biologique. L'établissement bénéficie, grâce au financement de la Région Grand Est, d'installations à la pointe de la technologie et de la prise en compte de l’environnement pour réaliser des productions diversifiées. Les bonnes pratiques environnementales y sont enseignées : recyclage des eaux d'arrosage, conduite générale en Protection Biologique Intégrée, chauffage des serres au bois. Les particuliers peuvent y acheter des géraniums et plantes de qualité. De nombreuses associations et communes proposent également des lieux d'échanges de plantes et de boutures et d'apprentissage des bons gestes pour un fleurissement élégant et durable.

Je vous propose des visites guidées à la découvertes des villes et villages fleuris alsaciens, contactez moi pour en savoir plus 

si vous avez aimé, merci de partager

Informations sur l'auteur

Caroline CLAUDE-BRONNER fondatrice de Chemins Bio en Alsace , guide conférencière diplômée en Histoire, fille de vignerons alsaciens, passionnée par sa région, vous propose ses services de guidage et d'accompagnement dans la bonne humeur et le respect de l'environnement pour tout public, du junior au senior.

suivez moi sur Facebook