Le grand retour des Cigognes en Alsace

Symbole de fertilité, la cigogne est un oiseau de bon augure, sa symbolique la plus célèbre l’associe aux naissances dans l’imagerie populaire alsacienne !

La cigogne blanche règne sur les toits alsaciens
La cigogne blanche règne sur les toits alsaciens

Une étymologie pleine de surprises

Le nom scientifique de la cigogne blanche est Ciconia ciconia, il a été attribué par Carl von Linné en 1758. Le terme "Ciconia" provient de la racine latine "Cannere" qui signifie "chanter", a mettre en rapport avec le claquettement ou craquettement de cette espèce qui ne possède pas de voix !

Dans les pays germaniques, le nom allemand Storick rappelle la raideur de l’échassier. En grec, la cigogne est appelée Pelargos, c’est-à-dire ce qui "noir et blanc".

Les géraniums, fleurs si répandues en Alsace depuis plus de cent ans, portent le nom savant de « Pélargonium ». En effet, les scientifiques  ont donné ce nom à la plante en raison du fruit qui avec sa longue tige ressemble à une tête de cigogne !
Les géraniums, fleurs si répandues en Alsace depuis plus de cent ans, portent le nom savant de « Pélargonium ». En effet, les scientifiques ont donné ce nom à la plante en raison du fruit qui avec sa longue tige ressemble à une tête de cigogne !

Un mythe "européen"

C’est en 400 avant J.-C. que les Grecs associent la cigogne, 'pelargos" à la piété filiale, car on prétend qu’elle nourrit ses vieux parents. De là découla une loi du nom de "Pelargonia" qui obligea les enfants à s’occuper de leur parents.

Les Germains quand à eux, font de la cigogne la messagère de la déesse Holda, dont le rôle est de renvoyer dans le monde des vivants les âmes des défunts en les réincarnant. La cigogne, émissaire de la déesse serait chargée d'apporter des bébés aux parents qui en auraient exprimé le désir.

Une croyance médiévale voudrait qu'une cigogne ait volé autour de Jésus lors de sa crucifixion. Elle serait ainsi devenue un symbole de résurrection, de régénération. C’est ainsi qu’une cigogne qui volerait au-dessus d’une maison ou y construirait son nid serait annonciatrice d’une future naissance. Si une cigogne se posée sur votre maison, elle devient votre porte-bonheur dans presque tous les domaines : fécondité et fidélité en premier lieu, mais aussi richesse, santé, protection contre la foudre, bénédiction de la ville entière où elle a élu domicile...Cette quantité de vertus lui a sans doute été attribuée dans les siècles passés parce qu'elle débarrassait les champs et marécages des serpents et d'autres animaux peu appréciés par les habitants.

En Alsace, avant 1870 coexistaient deux représentations de la cigogne alsacienne, celui des Kinderbrunnen (littéralement des "puits à enfants") d'où les cigognes tireraient les âmes des nouveaux-nés et celui, plus connu, du nourrisson apporté par une cigogne le tenant dans son bec. Après avoir passé commande, la future maman doit mettre quelques morceaux de sucre sur le rebord de la fenêtre pour attirer la cigogne. L'oiseau va alors chercher le bambin auprès d'une source ou d'une mare, là où les lutins ramènent des profondeurs de la terre les âmes tombées du ciel avec la pluie, et réincarnées en nouveau-nés.
Les récupérations identitaires du thème de la cigogne apparurent après 1870 en Alsace, d'abord chez August Stoeber pour qui "les cigognes ne commencent à nicher que lorsqu'elles entendent parler allemand" puis chez Hansi qui, au contraire, l'utilisa pour symboliser la revanche des pro-Français. c'est ce dernier qui propulse définitivement la cigogne au panthéon des "5 C Alsaciens" - Cathédrale, Colombages, Choucroute, Coiffe alsacienne et Cigogne - marqueurs identitaires de la région, déclinés à l'infini pour vendre L'Alsace éternelle.

Entre légende et identité, l'image de la cigogne s'est peu à peu installée devenant finalement un véritable emblème pour l'Alsace !

Mais la cigogne est aussi un symbole d'un environnement de qualité et d'une ré-introduction réussie

Portrait de la Cigogne Blanche

  • Grande, noire et blanche campée sur d'interminables pattes rouges
  • Mâles et femelles se ressemblent comme deux gouttes d'eau
  • Yeux cernés de noir
  • Bec rouge en forme de poignard
  • Vit en colonies, migre et hiverne en Afrique en mi-février à fin aout
  • Populaire, aime vivre proche des hommes
  • Se nourrit dans les prairies de vers, insectes et petits vertébrés
  • Niche en hauteur sur les toits, pylônes, arbres ou plateformes artificielles
  • Taille : 1 à 1.15m
  • Envergure : 1.90 à 2.15m
  • Poids : 3 à 4.4 kg
  • Jeunes à pattes grises et bec noir la 1ere année

source : La salamandre, n°233  avril -mai 2016

 

La cigogne blanche est un oiseau de milieux ouverts. Elle fréquente volontiers les zones marécageuses et les prairies humides, mais on la trouve également dans les pâturages et les zones de cultures. La cigogne blanche a un régime alimentaire très varié. Dans les marais, elle se nourrit d’amphibiens et de divers petits animaux aquatiques. Dans les champs ou les prairies, elle capture des vers, des insectes, des larves et des micro-mammifères. Elle se nourrit aussi volontiers de déchets divers sur les décharges publiques.

En Alsace, elle est liée traditionnellement au périmètre des rieds, vastes prairies humides de la vallée rhénane (Rhin et affluents) ainsi qu'aux zones humides des vallées.

La cigogne blanche apprécie de vivre à proximité des hommes. C'est pourquoi, la plupart des nids de cigognes sont construits sur des bâtiments ( clochers, tours, toits pointus...) mais d’autres supports peuvent être utilisés (pylônes électriques, arbres...). Les nids de cigogne sont constitués d’un amas de branchages, de terre, d’herbes sèches et de matériaux divers. Les cigognes rechargent systématiquement les anciens nids, si bien que certains vieux nids peuvent atteindre 2m de diamètre, autant en hauteur, et un poids impressionnant de plusieurs centaines de kilos ! Au fil des siècles, de nombreuses structures solides ont étés installés par les hommes afin de stabiliser les structures et d'éviter les accidents !

Championnes du vol plané et grandes migratrices, les cigognes possèdent deux larges ailes terminées par douze rémiges robustes. Portée par l'air chaud des courants thermiques, elles peuvent monter en spirale jusqu'à 4500 mètres d'altitude puis voyager sans effort sur une distance de 300 kilomètres.

Les cigognes sont pratiquement muettes ! C'est pourquoi elles se manifestent assez souvent de façon singulière par des claquements de bec pour saluer leurs partenaire ou pour défendre leur nid.

La cigogne blanche fait partie des espèces protégées. Elle est classée comme « Espèce patrimoniale » sur la Liste Rouge des oiseaux nicheurs d’Alsace et a failli disparaitre dans les années 1970.

Les premiers recensements de cigognes en Alsace remontent aux années 1930. Environ 150 nids sont dénombrés à cette époque-là.  Les effectifs chutent ensuite fortement à partir de 1960 et atteignent un minimum de 9 couples en 1974 !

Des opérations de réintroduction (technique des «enclos») sont engagées au début des années 1970 par quelques pionniers et elles produisent leurs premiers résultats au milieu de la décennie : la population remonte à 20 couples en 1980, puis 24 en 1985. Avec la création de l’APRECIA (Association Pour la Réintroduction des Cigognes en Alsace) en 1983 (devenue APRECIAL par la suite : Alsace-Lorraine), de nouveaux enclos sont mis en place dans le Haut-Rhin et les effectifs «explosent» : 79 couples en 1990, 162 en 1995, 255 en 2000, 368 en 2004, 414 en 2007, 460 en 2009, 900 actuellement ! Une totale réussite !

Pour éviter que la cigogne blanche ne devienne trop dépendante de l'homme dans notre région, et pour favoriser un développement équilibré de l'espèce, la LPO Alsace a demandé une pause dans la politique de renforcement des populations. L’association pour la protection et la réintroduction des cigognes en Alsace Lorraine (Aprecial) a été dissoute en juin 2016 après avoir atteint ses objectifs.

Mais de nombreuses menaces pèsent encore sur les cigognes : Des oiseaux sont parfois tués au cours de la migration ou dans les zones d’hivernage. D’autres s’électrocutent sur des lignes de moyenne tension ou percutent des câbles aériens. La majorité des couples sont migrateurs mais 80 % d’entre eux ne partent plus en Afrique, ils migrent jusqu'en Espagne où les oiseaux ingèrent des aliments dangereux sur les décharges publiques. 

Il est donc très important que les cigognes puissent trouver des milieux favorables à leur existence en Alsace et lors de leur migration. De préserver et développer les espaces de qualité (prairies, zones humides...) et de limiter la propagation des déchets plastiques. Afin que ces magnifiques échassiers se retrouvent dans les prés fraîchement fauchés à la recherche de leurs mets favoris : souris, mulots ou escargots.

Je vous conseille de découvrir NaturOParC, centre de réintroduction des cigognes à Hunawihr, au coeur du vignoble alsacien. Ce célèbre parc animalier œuvre depuis 40 ans avec passion pour la préservation d’espèces locales menacées, comme la Cigogne blanche, la Loutre d’Europe ou le Grand Hamster, mais aussi pour la sensibilisation de tous à la biodiversité !

150 cigognes y vivent en Liberté !

Pour en savoir plus sur les cigognes, je vous propose des visites guidées thématiques sur demande

si vous avez aimé, merci de partager

Informations sur l'auteur

Caroline CLAUDE-BRONNER fondatrice de Chemins Bio en Alsace , guide conférencière diplômée en Histoire, fille de vignerons alsaciens, passionnée par sa région, vous propose ses services de guidage et d'accompagnement dans la bonne humeur et le respect de l'environnement pour tout public, du junior au senior.

suivez moi sur Facebook